Victor Hugo

Victor Hugo - résumé de sa vie


Victor Hugo est, sans aucun doute, le personnage le plus illustre ayant vécu dans les îles anglo-normandes. Il est connu dans le monde entier comme un homme de lettres et comme homme politique, et il a réussi, une tâche difficile, à être à la fois intellectuellement respectable et extrêmement populaire, grâce notamment à deux de ses œuvres, "Notre Dame de Paris" et "Les Misérables", qui a été achevée à Guernesey.


Né à Besançon en 1802, il prit rapidement conscience (à l'âge de treize ans) de sa vocation littéraire, ses premiers poèmes lui ayant valu bon nombre de récompenses, y compris deux "mentions" de l'Académie Française. Dans les années 1820, il devint l'une des figures principales du mouvement romantique français. En 1830, il devint plus célèbre encore grâce au succès de Hernani, une pièce qui donna lieu aux controverses sérieuses, car elle symbolisait la lutte entre les nouvelles idées et la tradition classique du théâtre français. De fait, la "bataille d'Hernani" est maintenant considérée comme un tournant important dans l'histoire de la littérature française.


L'année 1830 vit la publication de "Notre Dame de Paris", évocation de la vie au Moyen Age centrée sur la cathédrale fameuse de Paris. Des films ont, bien entendu, été à plusieurs reprises tirés de ce roman, le dernier sous la forme de dessin animé par Disney.


Au cours des années 1830, Hugo s'intéressa surtout au théâtre, avec un succès mitigé. La mésentente conjugale avec sa femme Adèle le poussa à entamer une liaison avec Juliette Drouet, une actrice interprète de l'une de ses pièces. Cette relation allait durer plus de cinquante ans.


En 1841, il fut élu à l'Académie Française, mais, après l'échec de sa pièce Les Burgraves en 1843, Hugo se consacra surtout aux affaires publiques et aux questions politiques, et devint Pair de France en 1845. A cette époque, sa vie fut également marquée par une tragédie lorsque, en septembre 1843, sa fille Léopoldine et son mari se noyèrent dans la Seine à Villequier, en Normandie


Pendant sa jeunesse, Hugo avait été monarchiste, et, au cours de la période d'agitation politique qui commença en 1848, Hugo fut d'abord en faveur du maintien de l'ordre, et commença par accueillir favorablement et par soutenir la candidature de Louis Bonaparte. Mais il prit bientôt conscience que ses alliés en politique ne partageaient pas ses ambitions morales et politiques, et ses relations avec eux commencèrent à se détériorer.


Dès juillet 1851, son opposition à Louis Bonaparte s'était durci, exprimée dans un pamphlet par la phrase "Parce que nous avons eu Napoléon-le- Grand, il faut que nous ayons Napoléon le Petit", et après le coup d'état du 2 décembre, auquel il essaya en vain de s'opposer avec l'aide de Juliette, il quitta précipitamment le pays pour ne pas être arrêté et se rendit d'abord à Bruxelles. Il était clair cependant que les autorités de Belgique, pays voisin de la France, craignaient que les discours politiques de Hugo ne viennent tendre les relations entre les deux pays, et en 1852, Hugo s'installa à Jersey où il se trouvaient déjà un certain nombre d'opposants "proscrits" au nouveau régime de France


En 1855, à l'occasion de la visite de la reine Victoria à Paris, un article extrêmement satirique fut publié par des français en exil dans un journal londonien, et le contenu de cet article fut reproduit par certains des camarades "proscrits" d'Hugo dans le journal qu'ils avaient fondé à Jersey. Trois d'entre eux furent expulsés en conséquence. Hugo s'étant déclaré solidaire avec eux, il fut lui-même expulsé quelques temps après, et arriva à Guernesey à la fin du mois d'octobre. En 1856, il publia Les Contemplations, un recueil de poèmes qui connut un succès immédiat, et, avec les bénéfices dégagés, il acheta 38 Hauteville, aujourd'hui souvent appelée simplement " Hauteville House " qu'il décora dans son style hautement créatif. De fait, son fils Charles décrivit la maison comme une sorte d' "autographe à trois étages, quelque chose………… comme un poème en plusieurs chambres".


Bien qu'il ait officiellement autorisé à rentrer en France en 1859, Hugo choisit, par provocation, de demeurer dans l'île jusqu'à 1870, et y retourna par la suite, notamment pendant presque un an en 1872/1873. Pendant son séjour à Guernesey, il écrivit, acheva ou publia un grand nombre de ses œuvres qui ont assuré sa célébrité, notamment "Les Contemplations" (1856), "Les Misérables" (1862), "Les Chansons des rues et des bois" (1865), "Les Travailleurs de la mer" (1866), "L'Homme qui rit" (1869), et "Quatre-Vingt-Treize" (1874). A des degrés divers, ces œuvres ont connu un succès populaire, surtout, bien entendu, Les Misérables qui demeure aujourd'hui encore une œuvre littéraire très populaire. Elle illustre certaines idées d'Hugo sur des questions sociales et morales qui lui paraissaient importantes.


Pourtant, parmi toutes ses œuvres, celles qui présentent un intérêt particulier pour Guernesey sont Les Travailleurs de la mer, dont l'action se déroule à Guernesey, et son livre préliminaire L'Archipel de la Manche qui constitue, aujourd'hui encore, un excellent guide des îles anglo-normandes, et notamment de Guernesey. L'intention de Hugo était que cet ouvrage soit publié en première partie des Travailleurs de la mer, mais il ne fut publié que de longues années après. De plus, on trouve des références à l'île dans d'autres ouvrages également, ainsi que, bien entendu, dans les carnets de notes et les lettres de Victor Hugo.


Après la chute de Louis Bonaparte en 1870, Hugo retourna en France où il fut accueilli comme un héros, et s'intéressa de nouveau à la vie politique au cours d'une nouvelle période d'agitation bien vite compliquée par la guerre avec la Prusse. En 1871, il fut élu à l'Assemblée Nationale, étant déjà à cette date une personnalité publique et littéraire illustre. Il continua à publier des ouvrages, parmi lesquels, en 1877, l'Art d'être grand-père, l'un des premiers livres de la littérature française à traiter spécifiquement de l'enfance, dont une grande partie fut rédigée à Guernesey.


Hugo croyait aussi fermement à une union européenne, et pour illustrer cette idée, il planta un chêne (que l'on peut voir encore aujourd'hui) dans le jardin de Hauteville House le jour du 14 juillet 1870, en prédisant que lorsque l'arbre serait parvenu à maturité, les "Etats-Unis d'Europe", réunissant toutes les nations européennes, seraient devenus une réalité.


Le souhait d'Hugo était d'être enterré dans un cercueil de pauvre. Ce vœu fut exaucé, mais, à sa mort, en 1885, les funérailles nationales furent cependant votées par les deux assemblées. Son cercueil fut exposé sous l'Arc de Triomphe, et, le 1er juin 1885, il fut enterré au Panthéon comme un héros. On estime que deux millions de personnes au moins suivirent le cortège funèbre.

Visit Guernsey

Visitez Guernesey

Il y a beaucoup plus d’autres choses à découvrir à Guernesey

Cliquez ici pour en savoir plus

Sign Up

Inscrivez-vous

Recevez les e-mails réguliers de ‘Visit Guernsey’.

Cliquez ici pour en savoir plus